Qui est Joseph Roumanille ?

Publié le par JCB

Joseph Roumanille (1818-1891) est un poète et un prosateur qui écrivit en langue d'oc. Méconnu du grand public, , il fut pourtant l'un des instigateurs du félibrige, école linguistique et littéraire née en 1854, ayant pour but de restaurer la dignité de la langue d'oc et d'assurer son rayonnement. L'âge d'or de cette Ecole se situe dans la seconde moitié du XIXème siècle.

La postérité a plutôt retenu de ce mouvement de renaissance provençale le nom de Frédéric Mistral, son ami, auteur du célèbre poème Mireille et prix Nobel de littérature en 1904.

Pourtant, Joseph Roumanille est considéré comme le "Père du félibrige".

Dès 1847, avec la publication de son premier recueil de poésies, Li Margarideto (Les Pâquerettes), il apparaît comme le chef de file de la renaissance provençale qui s'impose de plus en plus nettement à l'attention du public. il va oeuvrer au regroupement des auteurs occitans qui jusque là écrivaient chacun de leur côté. La langue d'oc était alors encore largement répandue dans la population méridionale mais reculait devant le français, langue officielle.

il participa activement à l'éclosion d'un recueil collectif écrit en provençal : Li prouvençalo (Les Provençales, 1852), à l'organisation de deux congrès de poètes de langue d'oc, à Arles en août 1852 et à Aix-en-Provence en août 1853. Avec Mistral, il initia et imposa une réforme orthographique débouchant sur une graphie unique dite "mistralienne" alors que les graphies variaient d'une région à l'autre, voire d'un auteur à l'autre.

Cela aboutira à la réunion de Font-Ségugne, propriété près d'Avignon, le 21 mai 1854. Selon la version officielle, sept poètes provençaux ont créé le Félibrige à cette date, dont Joseph Roumanille. Les membres de cette Ecole s'appellent des félibres. Pour en faire partie les auteurs doivent impérativement se rallier à la graphie mistralienne.

Joseph Roumanille n'en reste pas là. En 1855 il devient libraire-éditeur, en Avignon. Sa librairie, rue Saint-Agricol, devient un outil de la cause félibréenne. En 1858, il édite l'Armana prouvençau (l'Almanach provençal), publication qui connut un succès populaire dans le Midi et surtout, en 1859, Mireille. De nombreux autres ouvrages sortiront de cette maison d'édition. La librairie a fermé ses portes il y a de cela quelques années seulement.

En 1862, devant son succès, le félibrige s'organise, devient une association et Joseph Roumanille, son secrétaire. En 1876, nouveau remaniement de statuts. Au niveau le plus élevé, un "Consistoire félibréen", constitué de 50 "félibres majoraux" régit le tout. J. Roumanille en fait partie. Le Consistoire élisait le "Capoulié", véritable dirigeant du félibrige. Frédéric Mistral fut le premier d'entre eux, Roumanille le second, en 1888.

Son action en tant qu'initiateur et organisateur du félibrige est beaucoup plus remarquable que son oeuvre. A noter cependant qu'il fut le créateur de la prose provençale moderne en écrivant de courts récits polémiques et des contes. A la fois moral et populaire, il fut un auteur catholique et royaliste engagé. Il regroupa ses oeuvres en prose dans un recueil édité en 1860 et ses oeuvres en vers en 1864.

Joseph Roumanille mourut le 24 mai 1891.

Commenter cet article

richard 22/05/2012 17:18


Où en est votre projet de biographie de Joseph Roumanille ? Est-elle parue ?